Hachiro Kanno-Peintre calligraphe

 Hachiro Kanno

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quelques mots pour faire connaissance:

 " Hachiro Kanno est né à Tochigi-ken, au Japon, en 1944. 
 
 Attiré par  la culture occidentale, il arrive en France en 1968 pour y compléter   
 
 ses études aux Beaux-Arts de Paris. 
 
 La ville l'installe en 1979 dans  un atelier du Bateau-Lavoir, 
 
 à Montmartre, qu'il occupe depuis.  
 
 Issu  d'une famille de calligraphes traditionnels et élevé au milieu des   rites  
 
 shinto, Kanno transpose dans une écriture abstraite, plus   
 
 actuelle et plus universelle 
 
 à ses yeux, des thèmes sans âge,  organisés autour 
  
du plein et du vide.    
 
 "Où va la terre? La nature se forme, et se transforme".   
 
 Plus de 130 expositions personnelles, principalement en Europe, 
 
 USA   et Japon. Land Art, performances, conférences, démonstrations,  
 
mises en scène et décors d'opéras,  réalisations d'espaces Zen". 
 
 
 Permanescence
 

 "Par ce néologisme, Hachiro Kanno veut réaffirmer,

 l'attachement de son art, aux idées d'essence et

 de permanence associée.

 

 Mais cet attachement à l'Être doit s'exprimer au travers

 d'une véritable lutte, une lutte inégale parceque toujours à

 reprendre, contre leTemps destructeur.      

 

 La nécessité vécue de ce combat pourrait bien

 être le ressort principal de l'énergie déployée par Kanno

 sur la toile ou le papier.

 En ce sens, on peut penser qu'il reste fidèle aux valeurs

 traditionnelles des temps héroïques du Japon.

 Sauf que l'énérgie ne se manifeste plus ici sur le champ

 de bataille mais sur le terrain, beaucoup plus pacifique,

 du défi artistique.

 Le raffinement, la délicatesse de la palette, la souplesse du

 pinceau ne doivent donc pas tromper.

 Derrière un système d'expression déliée et volontairement

 minimal (peu de couleurs, des motifs limités et récurrents:

 le cercle, le triangle, le carré) se laisse percevoir une vision

 ambitieuse et globale de l' Univers.

 

L'homme doit s'affirmer pour exister,

mais en respectant les grands équilibres qui le dépassent

et qui fondent sa vie."

 J.-P. Arnaud-Sources-link