Propos sur l'art

Pourquoi Anton Tapiès

 Anton Tapiès

 

 Parce qu'il me relie, 

 aux "traces-mémoires" du désir des hommes,

 laissées sur les parois des  cavernes du paléolithique, 

 sur les toiles, les papiers, les murs, 

 par des doigts, des poils, des bois, des pinceaux....

 imprégnés de pigments...

 
 
 "Lorsque vous regardez, ne pensez jamais à ce que la peinture
 (ou n'importe quoi de ce monde) doit être,

 ou à ce que beaucoup de gens voudraient qu'elle soit seulement.

 La peinture peut tout être (...)

 Elle peut-être ce que nous sommes, 

 ce qui est aujourd'hui, maintenant, 

 ce qui sera toujours.

 Je vous invite à jouer, à regarder attentivement....

 Je vous invite à penser."

 in " La pratique de l'art"- Anton Tapiés-Folio  essais-
 

 

Une histoire d'amour inaccompli

Dsc03700 6

門-men=porte=ouverture

 Encre, inaccomplie,

 fruit de nombreuses années de travail,

 d'échecs, de ratages,

 de papiers déchirés,

 de jours et de mois de frustrations,

 et d'égarements .

 

 Idée étrange au départ,

 ce voyage en Chine;

 embarquée, à mon insu,

 ce chemin des encres, et des signes, 

 m'emmènera au Japon,

 un long chemin de patience et de doutes .

 

 Cette calligraphie,

 avec ses imperfections,

 mon âme avec ses fêlures...

 mon amour pour le mystère des hommes,

 dans leurs périgrinations,

 inscrites dans leurs traces,

 sur les parois des cavernes,

 les écorces de tortue,

 les parchemins

 les kakejukis.

 

 Ma pensée, ma vie, mon désir,

 inscrits au fond de l'encre,

 se révèlent sur le papier.

 L'esthétique, n'est pas le but de l'oeuvre,

 l'oeuvre porte l'exigence morale de son créateur,

 avec ses fragilités .

 La calligraphie, une voie minimaliste

 pour tenter de dire les vacarmes du silence  ...

 une voie à travailler avec rigueur et exigence,

 dans l'ascèse et le partage.

 

« Une œuvre ne vit que par le regard de celui qui la regarde,

 sinon elle meurt ».Marc Rothko

 

 Le « calligraphe-créateur » désire son œuvre;

 l'œuvre suscite le désir de l'autre,

 qui la regarde;

 sans ce désir,

 l'oeuvre, se dévitalise, meurt.

 

 C'est une histoire d'amour.

 Nous prenons tous part à la création du monde .

 

Saul Leiter-Photographe américain-1913-2013

  Saul Leiter Saul Leiter
Saul Leiter - Un regard poétisé du quotidien

" J'ai passé une bonne partie de ma vie ignoré.

J'ai toujours été très heureux de cette façon.

Être ignoré est un grand privilège.

Voilà comment je crois que j'ai appris à voir ce que les

autres ne voient pas,

et de réagir à des situations différemment.

J'ai simplement regardé le monde...."

Saul Leiter

  

Henri Michaux-Passages

 Henri Michaux dans "Passages" : 

 "j'écris pour me parcourir.
 Peindre, composer, écrire : me parcourir. 
 Là est l'aventure d'être en vie. 
 En somme, depuis dix ans, je fais surtout de l'occupation progressive.
 Toute faculté non employée enténèbre les autres facultés. 
 Toute activité qu'on s'est refusée, 
 tout acte qu'on pouvait commettre, 
 empêtre la conduite entière, revient frapper à la porte continuellement.
 Les amis fidèles sont souvent un encouragement à rester aussi borné le lendemain que vous l'étiez la veille.
 C'est l'inconvénient du confort, du réconfort."